Comment appliquer une décote pour un bien loué ?

Vous êtes propriétaires d’un appartement actuellement loué et envisagez de le vendre ? Vous le savez peut-être déjà, mais la présence d’un locataire place une spécificité importante dans l’équation de la vente. Dans le domaine de l’immobilier, un bien loué ne peut pas être vendu au même prix qu’un logement vide. Alors, comment fixer le prix vente de votre bien immobilier tout en prenant en compte la durée restante du bail ? Florent Vaudelin, Founder CEO de Trackstone, vous éclaire sur les subtilités de cette situation et vous guide vers une estimation ajustée. Avec ces précieux conseils, vous serez en mesure d’appliquer une décote pour votre vente d’appartement de manière justifiée et optimale.

La décote, qu’est-ce que c’est ?

La décote représente la diminution de la valeur d’un appartement ou d’une maison dans certaines conditions. Dans l’immobilier, différents facteurs peuvent justifier une baisse de prix, notamment lorsqu’un propriétaire décide de mettre en vente son logement toujours occupé par un locataire. Bien que vendre un bien loué présente des avantages, comme l’absence de vacance locative ou de délai de préavis, cela peut aussi s’avérer moins profitable financièrement.

Mais pourquoi cette décote s’applique-t-elle et comment l’évaluer adéquatement ? Vous vous demandez certainement quel serait le bon prix pour la vente de votre logement. Pas d’inquiétude, nous allons parcourir ensemble les étapes pour comprendre et calculer cette dévaluation.

Pour avoir plus d’informations sur la vente d’un bien loué et sur la manière de déterminer la décote, n’hésitez pas à consulter notre guide complet.

Pourquoi une décote est appliquée lorsque je vend mon bien loué ?

Lorsque vous vendez un logement avec un locataire déjà en place, cela impacte la valeur du bien immobilier. Plusieurs raisons expliquent cette décote :

L’acquéreur n’a pas la liberté de sélectionner son locataire, ce qui peut représenter une crainte des investisseurs. Même si vous assurez la fiabilité de votre locataire actuel, l’acheteur peut avoir des réticences à ne pas pouvoir choisir lui-même son locataire.

La législation en vigueur interdit la réalisation de travaux d’ampleur tant que le locataire occupe le logement. L’acheteur ne pourra donc pas entreprendre de travaux de rénovation avant la fin du bail, limitant ainsi ses possibilités de valoriser le bien ou d’y apporter des améliorations immédiates.

Le bail est déjà en cours, ce qui signifie que l’acheteur ne pourra pas le modifier avant son expiration. Il devra donc attendre la date de fin de bail pour pouvoir éventuellement renégocier les termes ou choisir de ne pas renouveler le contrat.

Ces différentes contraintes justifient donc l’application d’une décote sur le prix de vente du bien. Cette baisse de prix doit être considérée avec attention pour éviter de vendre votre bien en dessous de sa valeur réelle ou de freiner les acheteurs potentiels.

Comment évaluer le montant de la décote ?

Pour estimer correctement la décote de votre appartement loué, plusieurs critères doivent être examinés :

La durée restante du bail : Plus le bail est proche de sa fin, moins la décote sera importante. En revanche, si plusieurs années restent avant l’échéance du bail, l’acheteur devra patienter longtemps avant de pouvoir exploiter le bien à sa convenance, ce qui justifie une décote plus conséquente.

L’état de l’appartement et les travaux nécessaires : Un bien nécessitant des rénovations subira une décote plus marquée. L’acheteur devra prendre en compte le coût et la planification des travaux post-départ du locataire, ce qui représente un investissement supplémentaire.

Il est donc crucial d’analyser tous les aspects du bien : surface, emplacement, état de l’immeuble, montant du loyer, etc., pour ajuster le prix de vente et appliquer une décote réfléchie.